Comment notre perception visuelle influence la conception graphique – 1re partie

Certaines personnes voient le visage de Jésus sur du pain grillé, la forme d’un animal dans les nuages, la mousse d’un café ou autre. D’où viennent ces associations?

Cela s’explique par le fait que notre cerveau essaie de donner du sens au monde qui nous entoure en comparant des expériences passées ou des motifs visuels et en reliant ces points. Nous percevons des formes et des structures, regroupons les informations et tentons de compléter les lacunes pour obtenir une vue d’ensemble.

Un lama dans mon café

Les lois de la Gestalt: qu’est-ce que c’est ?

Les connaissances que nous avons sur le fonctionnement de notre cerveau peuvent être mises à profit dans la communication visuelle. Elles peuvent être utiles pour organiser les contenus et orienter l’attention.

Les lois de la Gestalt, «forme» en allemand, peuvent nous aider à comprendre ce lien entre la conception visuelle et la psychologie.

Les premières lois de la Gestalt ont été développées dans les années 1920 par les psychologues allemands Max Wertheimer, Kurt Koffka et Wolfgang Kohler, qui cherchaient à comprendre comment l’humain acquiert des perceptions censées à partir des stimuli chaotiques qui l’entourent.

Les lois de la Gestalt sont basées sur ces principes :

  • Le tout est perçu avant les parties. Nous discernons d’abord les contours d’une forme et ensuite seulement les détails.
  • Notre esprit comble les vides. Le cerveau compare ce que nous voyons avec des formes qui nous sont familières et comble le vide des éléments manquants.
  • L’esprit cherche à éviter toute incertitude. Certains objets sont équivoques et peuvent être perçus de plusieurs manières. Notre cerveau va et vient entre les alternatives, nous ne sommes pas capables de voir les deux en même temps (p. ex. illusions d’optique).
  • Nous sommes doués pour discerner les similitudes et les différences. Notre cerveau est capable d’appréhender des objets sous plusieurs perspectives, bien que leur apparence diffère.

En quoi les lois de la Gestalt sont-elles utiles?

Lorsque nous visitons un site web, nous nous laissons guider par des expériences passées et nous nous attendons à ce que les éléments se trouvent à un emplacement spécifique ou qu’ils se comportent d’une certaine manière.

Si nous connaissons ces attentes et ces schémas comportementaux et que nous y répondons, nous pouvons être certains que les utilisatrices et utilisateurs s’y retrouveront et se sentiront à l’aise. Les lois de la Gestalt peuvent être employées à cette fin. Cependant, il peut parfois également être intéressant de rompre avec ces lois de manière à générer davantage de tension. Mais comme le disait déjà mon maître d’apprentissage, il faut connaître les règles pour les transgresser. Dans cet article et le suivant, nous apprendrons donc à mieux connaître les lois de la Gestalt.

Loi de proximité

L’œil perçoit des connexions entre les éléments selon la distance qui les sépare, alors que leur forme n’a pas d’importance.

Les éléments qui sont proches seront vraisemblablement perçus comme appartenant au même groupe. S’ils sont éloignés les uns des autres, ils semblent séparés les uns des autres.

Les informations ayant un lien (p. ex. une image et une légende) sont regroupées et séparées des éléments qui n’en font pas partie par un espace vide. On obtient ainsi une structure plus claire, une meilleure vue d’ensemble de la mise en page et le balayage visuel est facilité. Les utilisatrices et utilisateurs s’y retrouvent plus facilement.

Le graphique montre les blocs teaser d’un site web. Grâce à la proximité et la distance entre les blocs, l’œil perçoit deux groupes indépendants.

Loi de similitude

La couleur verte produit visuellement une ligne au-delà des différentes formes.

Des éléments semblables seront davantage perçus comme appartenant à un groupe que des éléments différents des uns des autres. Pour être perçus comme appartenant au même groupe, ces éléments ne doivent pas forcément être identiques, mais doivent avoir au moins une caractéristique visuelle commune, comme la couleur, la forme, la position ou la taille.

Cette loi est utile pour classer des éléments et les associer à une signification ou à une fonction. Ainsi, par exemple, sur un site web, tous les liens sont de la même couleur, la typographie (gras, italique, taille des caractères) indique les parties de texte qui sont liées et qui présentent le même type d’information (p. ex. titre).

Grâce à l’utilisation d’une même couleur, les liens et les boutons sont immédiatement identifiables.

Loi de simplicité

Un cube, plusieurs interprétations: selon celle des faces que notre cerveau voit comme étant au premier plan, il en résulte une autre perspective.

La loi de simplicité affirme que notre esprit cherche à reconnaître les formes simples. Lorsque nous sommes confrontés à des formes complexes, nous avons tendance à les réorganiser en composants ou en un ensemble plus simple.

Les éléments au premier plan sont perçus comme étant plus importants que les éléments se trouvant à l’arrière-plan. Lorsque la distinction entre le fond et la forme est simple et nette, l’utilisatrice ou l’utilisateur trouve facilement son chemin dans l’environnement graphique et reconnaît immédiatement les éléments importants.

Avec ses nombreuses lignes de même épaisseur, l’exemple de gauche semble relativement complexe. À droite, on comprend plus rapidement que le texte est l’élément important (premier plan) et que la surface sur laquelle il repose n’est que le fond.
Lorsqu’une fenêtre modale est ouverte, tous les autres éléments sont relégués à l’arrière-plan pour que l’utilisatrice ou l’utilisateur puisse se concentrer sur les données importantes situées au premier plan.

Loi de continuité

Les points violets suivent une ligne continue et forment deux groupes ; les points verts disposés de manière aléatoire ne sont pas perçus comme appartenant à un même ensemble.

Les éléments disposés sur une ligne ou une courbe sont davantage perçus comme appartenant à un même groupe que ceux placés de manière aléatoire ou sur une courbe serrée.

La continuité facilite l’orientation dans la mise en page, comme l’illustre bien l’agencement linéaire des lignes et colonnes d’un tableau. Le principe de continuité renforce la perception d’informations groupées, institue un certain ordre et guide l’utilisatrice et l’utilisateur à travers les différentes sections de contenu. Une rupture de continuité peut indiquer la fin d’une section et attirer l’attention sur un nouveau contenu.

Le fait d’aligner ces trois éléments permet de montrer clairement qu’ils forment un groupe.

Résumé

Les lois de la Gestalt décrivent la manière dont nous percevons visuellement les choses. Les comprendre est donc important pour un concepteur.

En bref :

  • Loi de proximité
    Des éléments proches sont perçus comme appartenant au même groupe.
  • Loi de similitude
    Des éléments semblables sont perçus comme un ensemble.
  • Loi de simplicité
    Notre esprit cherche à réorganiser les formes complexes en un ensemble simple.
  • Loi de continuité
    Les éléments alignés sont perçus comme faisant partie du même groupe.

La deuxième partie abordera les lois de fermeture, de symétrie, de connexion, de régions et de destin commun.

Cela pourrait aussi vous intéresser